Cosmétofood : pourquoi on n’a pas été séduites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cosmétofood : pourquoi on n’a pas été séduites

Message par Marjy le Jeu 4 Juin - 12:25

Cosmétofood : pourquoi on n’a pas été séduites

Par Tinka Kemptner le Dimanche 31 Mai 2009 à 08h32

Infusions repulpantes, eaux bronzantes, chocolat détox… Une nouvelle génération d’aliments et boissons a tenté de nous faire croire que la beauté venait en mangeant et en buvant. Mais la crise a signé leur flop pour la plupart...


Achètera ou n achètera pas ?Achètera ou n achètera pas ? - Adam Nemser / Landmark Media / VISUAL Press Agency



Eaux "spéciale Beauté", vitamines ou fruits "source de sveltesse et d'éclat", yaourts censés "nourrir la peau de l'intérieur"…
A en croire les marketeurs, les "cosmetofood" ne nous voulaient que du beau, du bon. Mais rien n'y a fait : malgré des campagnes de publicité omniprésentes, ces produits alimentaires censés nous rendre plus attrayantes ont à peu près tous été retirés de la vente.

Trop chers !
Non pas parce qu'ils étaient dangereux pour la santé. Non. De nombreuses études ont précédé leur mise en marché pour prouver leur innocuité. En cause : leur prix, leur positionnement et leur efficacité.

Commençons par le prix : depuis que la crise est passée par là, ces produits sont devenus un luxe… qui ne se vend plus assez (même s'il reste toujours des cosméto-food dans le commerce, mais leur sort semble incertain pour le moment).

Ensuite, le positionnement : les « cosmétofood » se veulent des produits cosmétiques, tout en étant vendus dans les rayons alimentaires. Les consommateurs d'aujourd'hui ne sont pas encore prêts à ce genre de confusion semble-t-il...

Pas assez efficaces
Enfin, leur efficacité. Ont-ils été testés suivant des protocoles d'études scientifiques ? Ont-ils suivi une batterie de tests comme les cosmétiques ? « Très peu », à en croire David Jago de Mintel, une société d'études de marché. « « C'est pourquoi, sur les emballages, tout n'est que suggestion : rares sont les marques qui font des allégations beauté sérieuses. Le tout est d'aller aussi loin que possible dans les promesses publicitaires tout en restant dans la légalité. » »

Prenons l'exemple de certaines infusions revendiquant « Eclat et Beauté ». Rien sur leur emballage n'indique l'effet du produit. Normal : l'ingrédient bonne mine, le bêtacarotène, n'est pas présent en quantité suffisante pour en faire un principe actif. « On n'avance pas de bénéfices beauté concrets. C'est un produit d'accompagnement, censé donner bonne mine dans une démarche de bien-être plus global », explique la chef de produit de la marque.

Au pire, ça n'a aucun effet… sauf sur le porte-monnaie. Car les cosmétofood peuvent revenir cher. Exemple avec une eau bronzante dont l'étiquette affiche : « Pour des résultats efficaces, buvez-en une bouteille chaque jour durant 9 jours ». Le principe actif du produit ? 5mg de bêtacarotène. Or, selon le biochimiste Thierry Souccar, co-auteur de Santé, Mensonges et Propagande (Seuil), « les études indiquent qu'il faut au moins 20 à 25 mg de bêtacarotène par jour pour avoir une coloration de la peau. » Pour un teint hâlé, il faudrait donc 4 à 5 bouteilles par jour !

Manger beau, sans se ruiner
« Cela dit, l'idée que la beauté vient de l'intérieur n'est pas fausse, juge Jean-Paul Curtay, président de la Société de médecine nutritionnelle à Paris. Tous les ans, des milliers d'études sortent sur les effets bénéfiques de la micronutrition sur l'aspect extérieur. »

Oui mais, faut-il se ruiner pour autant en cosméto-food ? Selon Christian Rémésy, directeur de recherche nutritionnelle à l'INRA, il suffit, en matière d'alimentation, de respecter quelques règles de base : « Tout ce qui comporte des calories vides, c'est-à-dire les aliments très pauvres en micronutriments et fibres comme le pain blanc, le sucre blanc et les huiles raffinées a un effet négatif sur l'éclat de la peau et les tissus de l'organisme en général ».

Dans Aliments, astuces beauté (Delville Santé), Pierre Vican détaille, lui, 25 aliments beauté courants comme l'ail, la carotte, le fromage blanc, l'huile d'olive, le miel, la lentille et la levure. Le point commun entre ces aliments est leur grande concentration en fibres, leur richesse en sels minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides aminés et, pour certains d'entre eux, en acides gras essentiels. Tous ces éléments sont indispensables aux processus cellulaires qui régulent l'équilibre de l'organisme et leur déficit se traduit par des paupières gonflées, une mauvaise mine, des cheveux ternes, des ongles qui cassent...

Certains aliments, comme le miel et la levure de bière, fournissent à eux seuls presque tous les ingrédients nécessaires à l'épanouissement physique. Cela ne veut pas dire qu'il faille manger que ça, mais il faudrait les privilégier davantage, tout comme les agrumes, les carottes, le persil et les tomates, tous riches en caroténoïdes favorisant le renouvellement cellulaire. La consommation régulière de fibres (lentilles, pain complet…) encourage par ailleurs l'élimination de toxines et contribue donc à un meilleur teint.

Enfin, inutile de se gaver de cosmétofood si on mange mal par ailleurs : « C'est l'interaction de l'ensemble des aliments consommés qui compte. Si l'organisme est trop chargé en « mauvaises graisses », c'est-à-dire en graisses animales ou acides gras altérés par la cuisson, cela ne sert à rien de boire une eau riche en bêtacarotène! », rappelle Christian Rémésy.



Cosméto… quoi ?
Trois types de cosmétofood existent. D'abord ceux qui tablent sur l'effet « bonne mine » des caroténoïdes (substance comprenant du carotène, mais pour plus de clarté, on pourrait mettre directement bêtacarotène, le pus connu des caroténoïdes) et des vasodilatateurs tels le magnésium. Ensuite, ceux qui sont censés régénérer peau, ongles et cheveux grâce à certains micronutriments comme les oméga-3. Et enfin, ceux qui promettent de protéger la peau contre pollution, soleil, tabac et stress grâce aux antioxydants (vitamine A, C, E, polyphénols…), et ralentir ainsi le vieillissement et les rides.

Source : http://www.teva.fr

_________________
L'appétit vient en mangeant et la soif s'en va en buvant
avatar
Marjy
Administratrice de charme
Administratrice de charme

Féminin
Nombre de messages : 276
Age : 37
Date d'inscription : 30/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum